Mamadou Doucouré envisage de promouvoir le sport comme outil pédagogique à Diawara

Propos recueillis par Enna / Tambacounda.info /

doucoure
Au fil de ses pérégrinations dans la diaspora tambacoundoise, tambacounda.info ambitionne de présenter à travers des interviews le profil d’expatriés jeunes et moins jeunes dont le cœur et l’esprit restent fortement attachés à leur région natale. De passage à Diawara, tambacounda.info a rencontré Mamadou Doucouré qui y séjourne pour quelques semaines afin de faire des repérages utiles à un projet qu’il prévoit de monter dès la rentrée 2008.

Né en 1981 à Paris, Mamadou Doucouré est originaire de Diawara où il est retourné vivre quand il avait 6 ans avant de reprendre le chemin de la France à 12 ans. Passionné de foot, il a obtenu un diplôme d’Etat aux métiers du sport à Paris et à ce titre il est apte à initier les enfants et les jeunes à toutes les disciplines sportives, mais avec une spécialisation en football. Mamadou Doucouré a été élève au Centre de formation du club de foot Paris-St-Germain durant cinq ans. Il est aujourd’hui coach sportif indépendant à temps partiel et consacre beaucoup de son temps à l’intervention dans des associations ou des fédérations sportives. Egalement animateur du Conseil de la Jeunesse de la Mairie du 9e arrondissement de Paris, il a organisé, dans le cadre de sa mission d’accompagnement des jeunes de 13 à 18 ans dans les domaines du sport, de la démocratie et de la citoyenneté, un voyage à Kaolack en août-septembre 2005. En 2006, il a à nouveau emmené des jeunes Parisiens du 9e au Sénégal, à Diawara cette fois, pour des actions de reboisement et la construction de dépôts d’ordures dans le village.

Amoureux de son terroir, soucieux de contribuer à son développement, Mamadou Doucouré est en train de mûrir un projet ambitieux. Il s’agit de créer à Diawara un centre de formation polyvalent pour les jeunes de la localité et des environs qui leur offrirait la possibilité de suivre un cursus dans des branches de culture générale, mais aussi d’apprendre un métier qui réponde aux besoins du contexte socio-économique local (agriculture, pêche, élevage, artisanat), tout en bénéficiant d’une formation de pointe dans le domaine du sport, en football dans un premier temps, puisque c’est cette discipline qui attire le plus les jeunes de la région et que Mamadou Doucouré a une solide expérience dans ce domaine de par son passage au centre de formation du Paris-St-Germain durant cinq ans.
La commune de Diawara est une commune très jeune puisque 60% de sa population a entre 0 et 20 ans. Les hommes sont pour la plupart à l’étranger et les jeunes restent avec les femmes et les aînés. Partant du constat que les jeunes de Diawara se maintiennent difficilement à l’école et qu’un taux d’abandon élevé est à déplorer, les enfants d’émigrés étant tentés de penser que leur avenir est tout tracé vers l’émigration et qu’il n’est point besoin d’étudier, Mamadou Doucouré a imaginé une stratégie pour les motiver à suivre la voie des études et de la formation professionnelle. Il espère aider les parents à attirer les jeunes vers l’école en leur offrant une formation en foot de qualité, qui intègre une dimension pédagogique forte et crée une émulation entre les enfants pour atteindre des objectifs de formation qui permettront leur meilleure intégration socio-économique devenu adultes. Il connaît l’attrait irrésistible qu’exerce le ballon rond sur ces jeunes pousses et compte bien les appâter en exigeant d’eux en contrepartie de bons résultats et de la persévérance dans leurs apprentissages scolaires, professionnels et sportifs, condition sine qua non pour rester dans la structure.

Mamadou Doucouré a pris langue avec l’APIX pour savoir comment bénéficier d’un accompagnement dans son projet. Il nous explique que l’APIX a mis en place, à travers le programme Entrepreneurship Diaspora, des mesures spécifiques d’accompagnement destinées aux projets des émigrés qui souhaitent monter des entreprises ou des structures au Sénégal. Mamadou Doucouré souhaite pouvoir compter sur un partenariat avec les grandes écoles et l’Etat pour assurer l’enseignement de certaines branches dans le centre de formation qu’il projette d’ouvrir. Il entend rester quelques mois encore à Diawara pour faire des repérages et recueillir des éléments pour une étude de faisabilité qu’il devra fournir dans sa recherche de partenaires financiers ou techniques. Il s’agit de repérer des lieux, des clubs de foot ou des instituts d’enseignement partenaires, de récolter des données diverses sur Diawara et sa population. Mamadou Doucouré a des contacts en France avec des sportifs de haut niveau, des agents de joueurs, des clubs, mais il attend d’avoir réalisé une phase pilote de son projet pour les solliciter.

Dans un premier temps, il veut en effet poser des jalons et acquérir une visibilité en ouvrant un petit club de foot à Diawara, tout en s’assurant des rentrées financières en créant une salle de musculation pour une clientèle jeune et moins jeune sur la commune. Pour le club de foot, il ciblera la catégorie benjamin (10-12 ans) et formera des entraîneurs pour la rentrée 2008. Il compte agender quelques stages sportifs et des tournois avant la rentrée pour sélectionner une cinquantaine d’enfants qui constitueront la première volée et essayer de former un nombre suffisant d’entraîneurs qui pourront assurer l’encadrement des enfants, y compris lorsque Mamadou Doucouré devra s’absenter. Si tout va bien, une volée rentrera chaque année au club. Pour équiper son club en accessoires d’entraînement (plots, cerceaux, chasubles) et la salle de musculation, Mamadou Doucouré souhaite s’adresser aux artisans de Diawara en leur commandant du matériel sur la base de modèles. Il commencera son expérience avec les garçons mais espère à l’avenir pouvoir proposer quelque chose aux filles et surmonter les a priori négatifs sur la pratique sportive et la formation professionnelle des filles qui sont encore une réalité à Diawara.

Bon vent à Mamadou Doucouré et que 2008 porte de nombreux fruits pour lui! tambacounda.info lui donne rendez-vous l’année prochaine à Diawara pour qu’il présente les premiers benjamins du club de foot à naître et nous espérons qu’ils seront les aînés de nombreuses générations avec de multiples talents sportifs et professionnels.

 

Laisser un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent. La rédaction

  • (ne sera pas publié)

*