Meeting APR France : le kédovien Chaikhou Niakasso plaide pour l’accélération de la construction du pont de Fongolimbi

À chacun son meeting. Satisfait de la mobilisation Chaikhou Niakasso, chef d’entreprise et militant de première heure, de la diaspora kédovienne de Paris, encourage le président à accélérer la construction du Pont Fongolimbi sur le fleuve pour désenclaver la commune, distant de 25 km de la capitale du Pays des 3BPM (Bassaris, Bédik, Dialonkés, Mandingues et Peuls). Présent au Palais des congrès, le jeune Chef d’entreprise du quartier Togoro de Kédougou, repart du Palais des congrès un peu déçu de ne pas pu présenter ses partenaires économiques au président mais promet de ne pas baisser les bras. Paroles de militants. Entretien…

Tambacounda.info: Brièvement, un mot sur le meeting?

Chaikou Niakasso :  » Côté mobilisation, rien à dire. Le défi a été relevé. Bravo aux organisateurs de la DSE de l’APR. Jai ressenti une grande émotion et éprouvé une grande militant en voyant la salle remplie de militants mais également de compatriotes venus de partout pour voir leur président. C’était fort, surtout lorsque l’hymne national a retenti, et, qui a mis d’un  » seul bond » toute la salle debout devant le président, « épaule contre épaule », écoutant ou reprenant respectueusement notre  » Pincez tous vos koras » national, démontrant ainsi que le « Lion rouge sait rugir » quand il s’agit de la patrie mère C’était un moment émouvant et solennel, plein d’intensité et de fierté. Ce fut l’un des temps forts, à part le discours du président et celui de Tanor qui ont le plus retenu mon attention. Le reste du temps, je cherchais ou attendais l’occasion de pouvoir présenter au président ou moins à un membre de la délégation mes partenaires économiques, présents à côté de moi. Mais hélas! C’est un peu décevant, frustrant, voire agaçant. Mais bon, cela n’a pu se faire, vu le déroulement du meeting qui n’avait pas prévu un temps d’échange avec le public ou un petit bain de foule du président , ne serait-ce que entre les allées pour serrer des mains des camarades… Ce n’est pas trop méchant. Ce n’est que parti remise, un jour ou l’autre j’aurai l’occasion de le faire. Maintenant, il faut se remettre au travail sur le terrain, et poursuivre la mobilisation et la massification du parti à travers tout le Pays et au sein de la diasporas qui a joué un grand rôle dans les élections présidentielle et législatives. Retrousser les manches et retrouver le terrain pour expliquer et défendre la politique économique du gouvernement pour permettre au président de la république de travailler dans la sérénité. Concernant la vie du parti, et, pour être prêt pour les échéances futures, c’est maintenant qu’il faut rassembler, s’unir en réglant les malentendus, certaines dissensions internes, car la meilleure alliance, c’est d’abord de compter sur ses propres forces, sans négliger l’ouverture et les liens vers et avec des partenaires politiques qui ont le même objectif, à savoir celui du développement économique et la paix du Sénégal. »

OTD est dans son rôle

Tambacounda.info : Des propos de Ousmane Tanor Dieng?

C.N:  » Ousmane Tanor Dieng était dans son rôle. Ces propos sont logiques en tant que Secrétaire général du Parti socialiste et membre de la coalition. Son discours sur le respect des engagement de soutien à la politique du gouvernement et du chef de l’État était rassurant pour apaiser les esprits dans ce contexte de rumeurs, où la polémique fait rage sur la question de survie de la coalition Benno Bokk Yaakaar,et de tensions en tous genres. Mais la meilleure coalition, pour moi, sans sous estimer d’autres rapprochements et soutiens, serait d’arriver à rassembler tous nos militants et sympathisants autour du président, en réglant vite les dissensions et les conflits au sein du parti, tout en poursuivant le travail de terrain pour une massification verticale et horizontale du pari, afin de l’étendre sur tout le territoire, sans négliger la diasporas qui mérite une attention particulière, car au delà du parti, c’est une force économique non négligeable pour notre pays, car figurant parmi les premiers pourvoyeurs de fonds, mis à part nos partenaires traditionnels ou historiques d’aide aux développement. « 

 

Accélérer la construction du Pont Kédougou-Fongolimbi


Tambacounda.info : Si vous aviez eu l’occasion d’être face- à- face avec le président, qu’auriez -vous à lui dire dans ce cour instant?

C.N :  » Parmi d’autres doléances et attentes des populations de la région de Kédougou, je demanderai au président d’accélérer la fin de la construction du Pont de Fongolimbi sur le fleuve Gambie pour désenclaver la commune. Ce qui va permettre aux producteurs locaux et des environs immédiats et lointains de pouvoir écouler leurs produits alimentaires et fruitiers vers Kédougou, la capitale régionale, distant seulement d’environ 25 km et de recevoir aussi d’autres produits de premières nécessités venant d’autres marchés. C’ est très important, voire vitale pour les populations rurales que ce pont soit achevé dans les plus brefs délais pour faciliter les échanges et la mobilité des populations et des biens. »

 

Recueillis par Lamine Camara pour www.tambacounda.info /

 

 

Laisser un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent. La rédaction

  • (ne sera pas publié)


6 − = un