Famakan Dembélé, Soly Bourama Dabo ou l’info dans le feu

Le caractère accidenté du relief de Kédougou n’a jamais entamé leur témérité et leur pugnacité, loin s’en faut ! Qu’il vante ou pleuve, Famakan Dembélé et Soly Bourama Dabo sont toujours à l’affût de la bonne info. Le premier est adepte des technologies de l’information et de la communication, le second est lui friand des « new medias », tous ont la particularité d’avoir des voix dont eux seuls détiennent le secret.

Combien de fois nos confrères Famakan Dembélé et Soly Bourama Dabo ont arpenté les collines du côté de Salémata ou de Fongolimbi pour collecter ou vérifier une information ? Combien de fois ils ont bravé les intempéries climatiques pour la même cause ? Combien de fois Famakan et Soly Bourama ont investi l’incroyable galimatias que constituent les zones d’exploitation traditionnelle du métal précieux avec leurs cortèges de malheur et de danger ? Nul ne saurait le dire mais, toujours est-il que nos deux confrères ne s’usent jamais et ne comptent guère s’arrêter en si bon chemin. Eclairer l’opinion sur les faits saillants de l’actualité, ils en ont fait un sacerdoce, un crédo dans la région de Kédougou. Quant ils ont eu vent de l’apparition dans la contagieuse et mortelle maladie qu’est la fièvre d’Ebola en Guinée voisine, eux et leurs autres confrères ont enfourché leurs chevaux pour tambouriner à la porte du médecin chef de la région de Kédougou pour y voir plus clair et ils se diront prêts à jouer pleinement leur partition pour un éveil des consciences de leurs concitoyens à travers leurs différents supports, chapeau bas devant vous mes très chers confrères.

Ce que mes vaillants confrères ont tout de même oublié de relater dans leurs succulents reportages, c’est leur randonnée cycliste entre Saraya et Kondokho ! Ils ont en effet exhibé leur talent en la matière en dévorant, avec des bicyclettes mal loties, les 15 km séparant Saraya de ce village en aller retour toujours à la quête de l’info, et ils ont rallié Kédougou en cette soirée mémorable complètement éreintés.

www.tambacounda.info /

  • teuss

    Je suis désolé de le dire mais ils ne font que leur boulot. C’est tout. Par conséquent il n y a rien d’extraordinaire dans ce qu’ils font. Un journaliste c’est avant tout un Homme du terrain.