Prévention : 2,5 milliards de FCfa pour combattre le paludisme

sant-sngal_thumb_medium380_0

Le Programme national de lutte contre le paludisme (Pnlp)  va mener une campagne d’Aspersion intra-domiciliaire (Aid) pour lutter contre le paludisme cette année. Les opérations se dérouleront en mai dans les districts de Vélingara et de Koumpentoum et en juillet dans ceux de Koungheul et de Malem Hodar.

Le Sénégal s’est engagé dans l’accélération de la lutte contre le paludisme en vue de son élimination. En point de presse hier à Dakar, le coordonnateur du Pnlp, Dr Mady, et ses partenaires ont annoncé le démarrage de la campagne d’Aspersion  intra-domiciliaire (Aid) dans les districts de Vélingara et Koumpentoum au mois de mai et de Koungheul et Malem Hodar en juillet. L’aspersion ou pulvérisation intra-domiciliaire consiste à appliquer un produit insecticide sur les surfaces intérieures des murs et toits de toutes les structures pouvant servir de lieux de repos des moustiques. Le coût de cette campagne, prévue cette année, est estimé à 2,5 milliards de francs Cfa. Il est financé par Pmi (l’initiative présidentielle américaine pour la lutte contre le paludisme).  Selon un document remis à la presse, l’objectif de cette campagne est de traiter au moins 85% des pièces d’habitation dans les districts ciblés. Les acteurs de la lutte contre le paludisme profiteront de cette campagne pour informer au moins 80% de la population sur les avantages et les dispositions pratiques à observer avant, pendant et après l’Aid.   L’introduction des Aid d’insecticides à effet durable est saisie comme une opportunité pour ce défi et le renforcement du bénéfice de la Lutte anti-vectorielle (Lav).

«Notre mission, c’est d’assurer un accès universel aux interventions de la lutte contre le paludisme à toute la population sénégalaise», a expliqué Mme Oulèye Bèye, chargée de programme, lors de sa présentation du programme à l’occasion du point de presse organisé le vendredi 9 mai au Service national de l’éducation et de l’information pour la santé (Sneips). Selon Mme Bèye, l’objectif de cette campagne est de réduire la morbidité et la mortalité dues au paludisme.  Elle vise également à diminuer la longévité et la densité des vecteurs ainsi que le contact entre l’homme et le moustique.
«Le Pnlp veut intégrer des interventions à efficacité prouvée pour atteindre notre objectif. Parmi nos interventions les aspersions intra-domiciliaires viennent apporter une plus-value», a renchéri Dr Mady Diop, coordonnateur du Pnlp. L’Aid est une mesure complémentaire. Son traitement est fait avec un cycle annuel ou biannuel, correspondant à la dynamique de la transmission du paludisme. Il se fait juste avant le début de la transmission.

La campagne Aid de 2013 a été déroulée dans les districts de Vélingara, Koumpentoum, Malem Hodar et Koungheul avec un taux de couverture de 97,2 %. Le Pnlp choisit les zones d’interventions par priorité, d’après le Dr Diop. «Si nous avons choisi les districts de Vélingara, Koumpentoum, Malem Hodar et Koungheul, c’est parce que dans ces secteurs, le besoin est plus important», a-t-il dit.
Dans le plan stratégique du Pnlp, il est prévu de protéger 80% de la population à risque au moins par une mesure de Lav efficace.

lesoleil.sn/

Laisser un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent. La rédaction

  • (ne sera pas publié)


9 − = huit