Phases nationales : convocation des ASC, le remarquable manque de sérieux de l’ONCAV !

Jamais dans l’histoire du football national comme international, une telle attitude n’a été notée. Pour une structure qui se respecte et respecte les équipes en compétition, l’on ne saurait agir de la sorte. Convoquer une équipe à une compétition officielle à quelques heures de la rencontre, c’est ahurissant.

Le cas de l’ASC YOON-WI en est la parfaite illustration. Attendant un procès verbal qui lui clarifierait les  dispositions prises par la structure nationale, il a, contre toute attente, été saisi pour jouer un match d’appui contre l’ASC de Mbour, certainement mieux représentée dans la structure. Au moment où  YOON-WI s’attendait à recevoir un PV de la CQRP nationale, c’est plutôt une convocation pour jouer un match d’appui qu’il reçoit. Effarant, inquiétant et ignominieux! Et aucun dirigeant  de la région ne s’en est ému comme qui dirait qu’ils sont de simples soupapes au service d’un prince qui en fait selon ses humeurs. Une structure qui se respecte et qui respecte ses membres ne procéderait jamais de la sorte.  Envoyer une convocation à une ASC, après 22 heures passées pour lui demander de jouer le lendemain à 8 heures, relève du tâtonnement, de l’amateurisme et du je-m’en-foutisme absolu.  Cela dénote du manque de sérieux et de la tyrannie qui règne dans le mouvement navétane et qui en dit suffisamment sur son opacité et le caractère machiavélique de certains de ses dirigeants qui se croiraient en pays conquis. Une structure respectueuse des dispositions qu’elle a elle-même établies, ne saurait agir de la sorte. Décidément nous sommes dans les « navétanes » où, tout est informel.  Le chef décide, et les valets, à l’aveuglette, approuvent sans aucune forme de contestation ou même de débats contradictoire, sinon…. Quelle que soit l’impopularité de la décision, il faut  tout bonnement accepter, sinon, le glaive va s’abattre sur vous, c’est ça l’ONCAV et  ses navétanes. Regrettable ! La situation que l’ONCAV a fait vivre à Yoon-WI est à la limite une foutaise. Pis, les joueurs n’étaient pas en regroupement car, n’étant pas pris en charge par l’ONCAV comme il l’a fait avec les autres délégations régionales. Messieurs les dirigeants c’est cette façon de faire qui est dégoûtante, et ce c’est peut être ce qui fait que depuis l’avènement des navétanes, jusqu’à nos jours, vous ne pourrez point faire un bilan qui puisse convaincre même un demeuré d’autant plus que c’est connu, il y en a qui en font une profession même s’ils sont à des années lumière d’être des professionnels. Quel impacts réels ces phases nationales ont apporté au football de la région quand on sait que mêmes les écoles de football n’ont pu en profiter pour des raisons bassement mercantiles dans la mesure où les recruter pour être des ramasseurs de balle posait aussi problème ?  Pourquoi, les responsables locaux ont été renvoyés dans leurs starting blocks alors qu’il y avait théoriquement un comité régional d’organisation qui était en réalité une sorte de poudre aux yeux ? Combien coûtent réellement une phase nationale où les activités culturelles ne sont limitées qu’à une portion congrue ? Combien a en définitive reçu l’instance dirigeante de l’Etat, des ministres, autres mécènes comme les collectivités locales, les opérateurs économiques et autres partenaires traditionnels du mouvement? Quel est le nombre de jeunes qui ont été promus, et s’il y en a, que sont-ils devenus ? Que gagnent les équipes sacrées championnes des zones, ODCAV, ORCAV ou ONCAV, après avoir dépensé des centaines de milliers de francs durant la durée des tournois ? Que Nenni !  Voilà un faisceau de questions sur lesquelles la rédaction de www.Tambacounda.info souhaiterait avoir des éléments de réponse. YOON-WI fera son chemin, dans la pauvreté certes, mais dignement, sans courber l’échine devant un pseudo prince qui fait tout et qui est partout comme l’a si bien chanté l’actuel maire de Thiès en parlant de l’ancien chef d’État Me Wade.

La Rédaction de www.tambacounda.info /

  • Diallo

    C’est vraiment désolant, Mais cela ne surprend personne parce que y a l’adage qui dit “un bon capitaine accoste toujours à bon port”. Mais pas ce */@+-*^

  • football

    excellente analyse chers journalistes. vous avez vu juste et c’est ça malheureusement la réalité. une structure dans le monde entier, ne saurait procéder de la sorte. mais, c’est les navétanes, l’informel et la dictature.

  • amadou sangaré

    Merci Monsieur le Journaliste, au moins une personne se lève pour parler de la vérité à ce pauvre Amadou Kane.Vrai dictateur, regardez l’organisation, le comité régional d’organisation est ignoré et même l’ORCAV de Tamba. Partout dans l’organisation, il a mis ses hommes prisonniers de l’ONCAV, la billeterie personne ne connaît les recettes ni les dépenses. Son ami choisi recupère les recettes et rv dans sa suite à l’hôtel. Les malheureux membres de l’ORCAV de Tamba sont réduit à jouer le second rôle. Tout ce que la région a récolter comme argent et denrées seul Amadou Kane les gère et notre farfelu président d’ORCAV Moulaye Konaté se contente de ses perdiems et de sa chambre d’hôtel et hop le silence absolu. Pareille pour Sambou Soumano et les autres. Et voilà tout va sombrer à Tamba; après la ligue de foot et ses clubs, c’est au tour des navétanes. Quel malheur pour Tambacounda. Tambacoundoises, Tambacoundois levez sinon il sera trop tard pour développer le sport en général.

  • saliou fall

    sava