Fadel Barro sur les coupures d’électricité : « Une tête doit tomber ! »

 

En tournée à Kaffrine avec le mouvement « Yen a marre », Fadel Barro a fustigé les coupures récurrentes d’électricité et le mutisme des autorités. « Les coupures de courant sont notées aujourd’hui sur toute l’étendue du territoire national. C’est vraiment regrettable et dommage de voir que ces questions qui devraient être une des priorités du gouvernement ne sont pas prises à la hauteur du problème.
Il y a eu des efforts qui ont été faits, mais il (le gouvernement) nous promet des solutions structurelles. Il dit qu’il va installer des centrales à charbon. Mais nous, les populations, ne sentons pas encore cette forte volonté, cette fermeté dans la décision de résoudre définitivement ce problème d’électricité», déplore-t-il dans un entretien avec «L’Observateur».

«La semaine dernière, il y a eu toute une nuit de coupure d’électricité dans la capitale sénégalaise.
Et qu’est-ce que la Senelec a dit ? Qu’elle est en train de chercher ce qui s’est passé. Ce n’est pas sérieux. Ici même, dans la région de Kaffrine, et ça ne fait pas encore un an, il y a eu 72 heures de coupure. Malheureusement, on n’a pas entendu une seule autorité du gouvernement, encore moins de la Senelec, donner des explications aux populations et essayer de résoudre ce malheur», fustige le coordonnateur de « Y en a marre».

«On ne sent pas le respect. Sur cette question-là, le président de la République devrait prendre des mesures systématiques. S’il y a des coupures et que la Senelec n’arrive pas à donner des explications, une tête doit tomber», propose-t-il. Selon lui, « Macky doit sanctionner au moins pour rassurer les gens. On ne sent pas cette volonté de sanctionner ».

Seneweb News

Laisser un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent. La rédaction

  • (ne sera pas publié)

*