Tambacounda : Enda jeunesse action expérimente des classes alternatives pour enrôler des enfants hors système scolaire.

Enda jeunesse action a tenu un forum ce samedi au CDEPS de Tambacounda pour une mise à niveau et un partage des expériences des interventions dans les communes rurales de Niani Toucouleur et de Missirah. Ainsi, 5 écoles par commune et 5 participants par école se sont penchés pendant plus de 6 tours d’horloge sur un paquet de service offert par Enda aux écoles des ces communes.

Pour aider les communautés et plus particulièrement les enfants à la scolarisation, Enda a mis en place dans ces communes rurales des boutiques scolaires. Pour cela, il a été question de voir ensemble pendant le forum, ce qui a marché dans ce projet pour les élèves et ce qui est à revoir afin de pouvoir stabiliser les acquis, en rapport avec l’Inspection de l’Education et de la Formation(IEF) de Tambacounda. Ces acquis pourraient constituer un modèle de gestion et de fonctionnement de ces boutiques. Pour Mouhamadou Samba Diaw, le responsable de la division planification à l’IEF de Tambacounda, « cette expérience de boutiques scolaires constitue une grande avancée dans ces deux communes rurales du département. Elles permettent aux populations d’avoir tout de suite le matériel de leurs élèves. Du coup, les cours démarrent sans aucun retard dû au manque de fournitures scolaires. Donc le quantum horaire ne souffre pas à ce niveau. En plus, à travers ces boutiques, les populations entreprennent d’autres activités génératrices de revenus pour leur propre prise en charge ». Il est aussi indiqué qu’à ce jours, des boutiques ont fait des bénéficies de 700 mille francs CFA. Les participants ont aussi discuté de la lancinante problématique de la pièce d’état civil. D’ailleurs, Enda jeunesse action s’est engagé pour la facilitation de l’obtention de ces pièces à plus de 1500 enfants dans les deux communes de Niani Toucouleurs et de Missirah. A ce niveau, avec le concours des relais communautaires d’Enda et la collaboration des populations, des directeurs d’écoles, des enseignants, en plus des carnets de recensement de naissance, il sera certainement facile de permettre à beaucoup d’enfants de bénéficier de cette pièce précieuse. Pendant la rencontre, il a aussi été question de la mise en place d’une innovation de taille, c’est-à-dire les classes alternatives dans la mesure où dans ces zones, il existe des enfants qui sont hors du système éducatif et cela, pour plusieurs raisons. Il s’agira pour Enda de réintégrer ces enfants dans le système en créant ces classes alternatives qui sont cogérées par les directeurs d’écoles et les moniteurs du projet qui sont sur place. Ce sont des enfants de 8 à 10 ans qui sont concernés par ces classes et qui sont encadrés par des enseignants. Après tout, ces enfants seront reversés dans le système scolaire. Madame Diallo Adjaratou Bâ. la responsable d’équipe Enda jeunes de Tambacounda de souligner que ce programme de classes alternatives est dans sa phase test avec deux classes à Hamdallah Pont et à Cissécounda pour plus de 80 apprenants. Elle rassure tout de même que ce projet de classes alternatives sera étendu à d’autres villages pour récupérer des enfants en perte de scolarité. Elle indique aussi que les interventions d’Enda vont dans le sens de permettre aux populations de se prendre en charge, de favoriser un changement de comportement pour une conscientisation plus large et bénéfique.

[orbit]

Ansoumana SADIO/www.Tambacounda. Info/

Laisser un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent. La rédaction

  • (ne sera pas publié)

*