Tambacounda: Saloum Oualy, coordonnateur de la maison de la justice, “139 millions de francs de créances ont été recouvrés depuis la création de la structure”.

 

 

Le coordonnateur de la maison de justice de Tambacounda, à la suite de l’ambassadeur de la France et du ministre de la justice, a fait un bilan détaillé de ses différentes interventions. Selon Saloum Oualy, la structure qu’il dirige qui a été créée en 2010 mais dont les activités ont effectivement démarré en 2011 a eu à traiter beaucoup de questions. S’agissant du nombre de personnes informées et conseillées, la maison de justice est à un chiffre de 6770 personnes. Toutes ces personnes ont eu à bénéficier de l’appui et du conseil de la maison, explique le coordonnateur. Sur le nombre de dossier enregistré, la maison est quelques 4 mille dossiers de tous genres même si, se félicite le coordonnateur, la maison a vidé la presque totalité car, informe Saloum Waly, plus de 85 de ces dossiers enregistrés ont été évacués. Et c’est au niveau des montants recouvrés que la maison de justice de Tamba s’est le plus illustrée. Le coordonnateur précise qu’après 5 ans 5 mis d’exercice, ils ont pu recouvrer 139 millions de nos francs. Et tout cela sont des dossiers qui pouvaient atterrir sur la table de la justice, se félicité-t-il. Les cas de litige les plus fréquents à la la maison de justice, détaille son coordonnateur sont, les problèmes de loyer, les créances, les problèmes de ménage, entre autres. Pour ce qui est difficultés rencontrées, il évoque le manque de moyens mais, s’est dit optimiste car, déjà, des partenaires tels que l’ambassade de France et les autres sont en train de prendre le taureau par les cormes pour que ce problème soit jugulé.

Abdoulaye Fall / www.tambacounda.info /

Laisser un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent. La rédaction

  • (ne sera pas publié)

*