[LA CHOUETTE DE MINERVE 14] Massacre de Bofa, plus jamais ça !

 

 

C’est au moment où tous croyaient que la paix devenait définitive dans la verte et culturelle Casamance que des barbares se sont encore malheureusement illustrés, et de la pire des manières. 13 jeunes qui « auraient commis le crime » de s’aventurer dans un massif forestier pour trouver du bois, tombent sous leurs balles, plongeant du coup leurs familles et le pays tout entier dans une profonde consternation. Plus jamais ça. L’on ne saurait continuer à se prévaloir d’un droit de mort ou de vie sur des humains et se débiner tranquillement. Force dit rester à la loi.

Jusqu’à quand le sang va couler en Casamance, moi qui croyais dur comme fer que cette fois-ci serait la bonne ?

Doit-on laisser des individus sans foi ni loi se pavaner sur notre territoire et ôter la vie à des citoyens ?

Au nom de quel processus de paix ou de quelle revendication doit-on se permettre certaines libertés ?

L’acte est suffisamment odieux pour que la quasi-totalité des Sénégalais et Sénégalaises ne se mettent debout, comme un seul homme, pour pointer du doigt cette barbarie et inviter les pouvoirs publics centraux à mettre de l’ordre et à tirer cette affaire au clair.

Ce conflit d’une inégale absurdité ne saurait continuer à semer la mort et la désolation en verte et culturelle Casamance où l’Etat a quand même consenti d’énormes efforts de développement, il faut le reconnaître.

Je m’incline devant la dépouille des victimes, prie pour le repos de leurs âmes et présente mes condoléances les plus attristées à leurs familles éplorées et à tout le peuple Sénégalais. Prompt rétablissement aux blessés.

Ousmane DIA.

Laisser un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent. La rédaction

  • (ne sera pas publié)

*