Tambacounda: l’école d’application Médina Coura à la recherche d’un partenaire.

 

Créée  après les indépendances, précisément en  1966, l’école Médina Coura qui porte le nom du quartier qui l’abrite, n’est que l’ombre d’elle-même après  51 ans d’existence.

Tout semble rose pour l’école d’application Médina Coura, vu de l’extérieur. Cependant si  l’on s’approche de près  les choses sont tout autres. Devenue école d’application depuis 2008 l’école peine à atteindre sa vitesse de croisière sur le plan infrastructurel.  Selon Sokhna Diarra FAYE,  la plus jeune directrice de l’école depuis sa création en service en Octobre 2017, « j’ai trouvé l’école dans un état presque lamentable pour ne pas dire désastreuse ».

Dans son résonnement, elle poursuit et laisse entendre que « je suis vraiment sans appui et très peinée  quand aujourd’hui l’école  d’application Médina Coura sert de centre d’examen   pour citer le certificat d’aptitude pédagogique, le centre de correction des épreuves du CFEE , et tous les autres examens décentralisés des autres Ministères .»

Pour ses ambitions Sokhna Diarra FAYE Directrice en  exercice de l’école d’application avec la collaboration de ses adjoints,  souhaiterait mettre cette école dans de meilleurs conditions d’apprentissage et environnementales.  Pour ce faire, elle  lance un appel à toute  autre personne de bonne volonté ou partenaires afin que ce lieu du savoir qui compte aujourd’hui 760 élèves dont 365 filles  puisse avoir une situation digne d’une école d’application.

Al Housseynou KAMITE de son vrai nom adjoint à la directrice reconnait au passage les actions que la FONDATION SONATEL  aurait réalisées afin de soutenir  l’école à régler ses problèmes d’impression  en passant par les 3500 cahiers que la banque BOA avait offert aux élèves . Lamine Bodian adjoint salue les actions annuelles  de la municipalité de Tambacounda en collaboration avec l’IEF de Tambacounda.

Pour une si vieille école, il faut dire qu’elle manque de tout  à savoir le problème criard de tables bancs en passant par le matériel didactique qui fait défait. A cela s’ajoute des problèmes liés à l’éclairage et à l’eau pour la réalisation d’un projet de jardinage.

En tout état de cause l’école d’application Médina Coura souffre de son manque d’infrastructure et fait appel aux partenaires.

simradio/

Laisser un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent. La rédaction

  • (ne sera pas publié)

*