Syrie: Bombardements du régime : civils asphyxiés

 

Cinq civils syriens souffrant d’asphyxie ont été hospitalisés dimanche après des bombardements du régime de Bachar el-Assad sur la ville de Saraqeb (nord-ouest), a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), ajoutant que dix civils avaient été tués.

«Une odeur nauséabonde s’est répandue après que des hélicoptères du régime eurent frappé plusieurs quartiers de la ville de Saraqeb dans la province d’Idleb», a précisé l’OSDH. L’OSDH a cité des habitants et des sources médicales faisant état d’un «gaz toxique», sans donner plus de détails.

Des raids de l’armée de l’air du régime ont par ailleurs tué six civils dans la ville de Kafr Nabl, dans le sud de la province d’Idleb, a indiqué l’Observatoire. Quatre autres civils ont été tués lors de bombardements du régime sur les villes de Maasarin et Maaret al-Noomane. Selon l’OSDH, «des avions présumés russes ont touché le principal hôpital de Maaret al-Noomane, causant des dégâts». Il a cessé de fonctionner en attendant que les réparations soient effectuées, a ajouté l’OSDH.

Jeudi, un haut responsable américain avait affirmé que le régime de Bachar el-Assad et le groupe Etat islamique (EI) «continuent d’utiliser des armes chimiques». Vendredi, le ministre américain de la Défense Jim Mattis avait déclaré que du chlore «a été» utilisé «à de nombreuses reprises» dans des attaques en Syrie. «Mais ce qui nous inquiète le plus, c’est la possibilité que du gaz sarin ait été utilisé» récemment, avait-t-il ajouté, précisant que les Etats-Unis n’avaient pour le moment pas de preuves pour étayer cette hypothèse.

La Syrie a qualifié samedi les récentes accusations des Etats-Unis de «mensonges».

(nxp/afp)

Laisser un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent. La rédaction

  • (ne sera pas publié)

*