Indonésie: un autre poste de police attaqué

 

Quatre assaillants ont été abattus mercredi par les forces de l’ordre après l’attaque d’un commissariat dans le nord-ouest de l’Indonésie, au cours de laquelle un policer a été tué, ont indiqué les autorités locales. Les assaillants à bord d’une camionnette ont foncé dans le portail du commissariat de Riau, sur l’île de Sumatra, avant de sortir du véhicule et d’attaquer des policiers avec des sabres, a précisé la police.

«Quatre hommes ont été abattus et l’un a pris la fuite», a déclaré un porte-parole de la police nationale, Setyo Wasisto, un bilan à la hausse par rapport à celui présenté auparavant par la police locale qui faisait état de trois suspects abattus. «Trois policiers ont été blessés et l’un a ensuite succombé lors de son transfert à l’hôpital», a déclaré le chef de la police locale. L’un des assaillants avait attaché au corps ce qui semblait être une bombe. Un autre homme a été arrêté et quatre autres se sont, semble-t-il, enfuis.

Selon l’agence de presse officielle Antara, deux journalistes qui se trouvaient au quartier général de la police ont également été blessés dans l’attaque. Des images diffusées par les chaînes de télévision ont montré un homme allongé sur le sol avec une longue épée de samouraï à côté de lui.

Cette attaque intervient après une série d’attentats suicide ces derniers jours à Surabaya, deuxième ville d’Indonésie sur l’île de Java, au cours desquelles 13 personnes ont été tuées et 13 assaillants ont péri. Une famille de cinq personnes incluant une fillette de huit ans avait commis lundi un attentat suicide contre un commissariat de police de Surabaya, et la veille, une autre famille comprenant des mineurs avait attaqué trois églises de cette ville. Les attaques de Surabaya, dans le pays musulman le plus peuplé au monde, ont été revendiquées par le groupe Etat islamique (EI).

(nxp/ats)

Laisser un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent. La rédaction

  • (ne sera pas publié)

*