MORT DE FALLOU SENE: Les étudiants exigent la démission des ministres Amadou Ba et Mary Teuw Niane.

 

Pour les étudiants, les bisbilles entre le ministre de l’Economie et des Finances et du Plan et son homologue de l’Enseignement supérieur et la Recherche, sont à l’origine du retard noté dans le paiement des bourses.

La Coordination des étudiants de l’Université Gaston Berger de Saint Louis (CESL) est très remontée contre les ministres Amadou Ba et Mary Teuw Niane. Elle considère que le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan et celui de l’Enseignement supérieur et de la Recherche sont comptables de la crise qui secoue l’Université Gaston Berger jusqu’à causer la mort de Fallou Sène.

Les étudiants disent qu’ils sont les victimes de la guerre de positionnement que se livrent les deux membres du gouvernement. Selon leur porte-parole : « A chaque fois qu’on appelle à la direction des Bourses, on nous dit que les états ont été faits et déposés depuis le 5 du mois au ministère de l’Economie et des Finances. Mais c’est le ministre des Finances qui bloque parce qu’il a des problèmes politiques avec Mary Teuw Niane et il cherche à lui nuire». Quant au ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, les étudiants rappellent qu’il est le principal initiateur des réformes des universités qui sont à l’origine des difficultés des étudiants. Avant d’ajouter : «nous n’avons pas besoin de leurs 36 000 FCfa (bourse complète). Ils ont attendu la mort d’un étudiant pour payer les bourses. Donc c’est du «Mataye (je m’en foutisme)».

Par conséquent, les étudiants «exigent» la démission des ministres Amadou Ba et de Mary Teuw Niane. «Ils se chamaillent et ce sont les étudiants qui paient les pots cassés», conclut leur porte-parole.

 

Laisser un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent. La rédaction

  • (ne sera pas publié)

*