Prise d’otages à Paris: l’auteur interpellé, les otages sains et saufs

 

 

Plusieurs personnes étaient retenues en otage mardi après-midi 12 juin par un homme « aux motivations encore floues » dans un immeuble du Xe arrondissement de Paris. Mardi soir à 20h, l’auteur a été interpellé. Les otages sont sains et saufs selon le préfecture de police.

« Selon les premiers éléments de l’enquête, il pourrait s’agir d’un déséquilibré aux motivations encore floues », ont indiqué des sources policières. Le forcené avait déclaré à la police « être armé et retenir des otages » depuis 16h, heure locale, dans un immeuble de ce quartier animé du centre de Paris. Des négociations ont eu lieu avec le preneur d’otages et les policiers de la Brigade de recherche et d’intervention (BRI) de Paris.

Un homme qui était retenu par le forcené avait réussi à se sauver avant l’intervention de la BRI. Il a été légèrement blessé au cours d’un échange de coups, a précisé à l’AFP une source policière.

Un important périmètre de sécurité avait été mis en place autour de la rue des Petites écuries, fréquentée notamment pour ses bars et restaurants. De nombreux pompiers et policiers casqués et équipés de fusils d’assaut étaient postés autour du périmètre.

Des parents venus chercher leurs enfants dans une crèche située dans cette rue avaient néanmoins été autorisés à entrer dans le périmètre. Plusieurs dizaines de personnes qui se trouvaient dans le périmètre avaient par ailleurs été évacuées par les forces de l’ordre dans le calme.

La France vit sous une constante menace terroriste depuis le début d’une vague d’attentats jihadistes en 2015. Le mois dernier, un Français de 20 ans né en Tchétchénie avait attaqué au couteau des passants dans le quartier parisien de l’Opéra, tuant un homme, une attaque revendiquée par le groupe Etat islamique.

(RFI Avec AFP)

Laisser un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent. La rédaction

  • (ne sera pas publié)

*