Proche-Orient: Les USA accusés de bombardements en Syrie

 

Des avions de la coalition internationale contre le groupe Etat Islamique dirigée par les Etats-Unis ont bombardé des positions de l’armée syrienne dans l’est de la Syrie, provoquant morts et blessés, a indiqué lundi l’agence syrienne Sana. Les frappes auraient eu lieu près de Boukamal.

L’armée américaine a toutefois démenti avoir frappé dans ce secteur. «Aucun membre de la coalition menée par les Etats-Unis n’a mené de frappes près de Boukamal», ville de la province de Deir Ezzor, a déclaré le major Josh Jacques, porte-parole du commandement central américain.

Un commandant de l’alliance militaire qui soutient le président syrien Bachar el-Assad a pour sa part déclaré que des drones, «probablement américains», avaient bombardé des positions de groupes irakiens entre Boukamal et Tanf, ainsi que des positions militaires syriennes.

Raids des djihadistes

La coalition dirigée par les Etats-Unis soutient une alliance de milices arabes syriennes et kurdes combattant l’Etat islamique (EI) au nord-est de Boukamal. L’armée syrienne, avec des milices soutenues par l’Iran, dont le Hezbollah libanais, et des groupes irakiens, a chassé l’État islamique de Boukamal et de ses environs l’année dernière. Depuis, les djihadistes organisent des attaques dans la région.

Les forces américaines sont également basées à Tanf, au sud-ouest de Boukamal dans le désert syrien près des frontières de l’Irak et de la Jordanie. La semaine dernière, le président syrien Bachar el-Assad a déclaré qu’il considérait les Etats-Unis comme une puissance occupante en Syrie et que sa position était de «soutenir tout acte de résistance, que ce soit contre les terroristes ou contre les forces d’occupation, quelle que soit leur nationalité».

(nxp/ats)

Laisser un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent. La rédaction

  • (ne sera pas publié)

*