Mbaye NDIAYE, ABC, Youssou TOURE, Mimi, Me WAR : Ces Apéristes authentiques en marge du pouvoir

 

ls ont été les premiers à croire en Macky Sall, ils se sont battus pour lui pendant les années de braises. Mais aujourd’hui, ils sont réduits à inaugurer des chrysanthèmes.

C’est peut-être Youssou Touré qui a eu le courage de dire tout haut la frustration de nombreux apéristes, compagnons de la première heure du président Macky Sall. En effet, ils font légion ces personnes qui ont cru en Macky Sall dès le début et qui avalent maintenant des couleuvres sans piper mot. Certes, ils sont placés à des postes honorifiques et prestigieux, avec des salaires conséquents, mais ils ne participent pas à la prise des décisions importantes. Ils ne disposent pas de véritable pouvoir pour influer sur la marche du Sénégal. Ils ont aujourd’hui un rôle essentiellement protocolaire.

Le cas Mbaye Ndiaye est symptomatique de ces apéristes qui ont tout sacrifié au profit du président Macky Sall et qui sont maintenant en marge du cercle décisionnel. En effet, le «Monsieur élection» de l’Apr est maintenant réduit à présider les meetings des transhumants en mal de représentativité. Depuis qu’il a été limogé en avril 2013 de son poste de ministre de l’Intérieur, il est en marge de la République. Son poste actuel, celui de ministre d’Etat, ne l’est que pour sauver les apparences, puisqu’il est sans portefeuille. En réalité, il est loin des instances de décisions. Pourtant, avec Moustapha Cissé Lô, Mbaye Ndiaye est un fidèle parmi les fidèles. Il fait partie des premiers qui ont osé dire non à Wade et au Pds et ont soutenu Macky Sall, alors qu’il était martyrisé par le régime libéral. En effet, quand l’ogre libéral l’humiliait et le chassait de l’Assemblée nationale, Mbaye Ndiaye et Moustapha Cissé Lô étaient les seuls députés libéraux à refuser de cautionner cette volonté du président Abdoulaye Wade. Ce qui leur avait valu d’être chassés de l’Assemblée nationale et de perdre leur mandat de député.

Avec son poste de ministre d’Etat, Mbaye Ndiaye a été casé au palais de la République, tout près de Macky Sall, même s’il ne le voit presque jamais. Quant à son compagnon de galère à l’époque des vaches maigres, Moustapha Cissé Lô, le président Macky Sall l’a exilé à Abuja, loin de lui et loin des affaires étatiques, mais avec tout de même un traitement salarial royal en tant que président du Parlement de la Cedeao.

A l’instar du ministre d’Etat Mbaye Ndiaye et du député Moustapha Cissé Lô, Aminata Touré est également réduite à recevoir les militants et les transhumants qui ne peuvent pas accéder au président Macky Sall. Depuis 2014, date de son limogeage de son poste de Premier ministre, elle est très loin des instances décisionnelles, elle est maintenant à la périphérie de l’Apr et du pouvoir. Pourtant, elle fut la cheville ouvrière de la traque des dignitaires libéraux.

D’ailleurs, beaucoup considèrent sa nouvelle fonction d’envoyée spéciale du chef de l’Etat comme une stratégie pour la maintenir dans le parti. Ils sont également nombreux ceux qui pensent que sa mission de responsable du parrainage pour le compte de la mouvance présidentielle est une manière pour le président Macky Sall de l’occuper.

Invité de l’émission Sortie sur Walf tv, vendredi dernier, Youssou Touré s’insurge contre le mauvais traitement dont il se dit victime. Pourtant, il faisait partie des défenseurs zélés du président Macky Sall, quand ce dernier était dans l’opposition. Il rappelle avec ironie les moments où on l’envoyait au charbon s’en prendre au président Abdoulaye Wade. «A l’époque, tout le monde voulait de moi. Maintenant que nous avons conquis le pouvoir, on m’a mis à l’écart au profit des militants de la 25e heure», peste-t-il.

Abou Abel Thiam fait partie certainement des agents de l’Etat non fonctionnaires les mieux payés. Il occupe le très juteux poste du président du collège des délégués de l’Artp qui lui procure un salaire de rêve. Cependant, celui qui fut le gourou de Macky Sall est très loin du pouvoir, depuis qu’il a été limogé de son poste de porte-parole du président de la République. Politiquement, il est presque enterré parce qu’il est loin du pouvoir.

Depuis qu’il a été démis de son poste de ministre des Affaires Etrangères, suites à ses démêlés avec le président Macky Sall, Alioune Badara Cissé est lui aussi totalement en marge du pouvoir, même s’il est nommé médiateur de la République de 2015. Pourtant, au début de la deuxième alternance, il était au cœur du pouvoir. Coordonnateur national de l’Apr et porte-parole de la coalition Macky2012 lors de la campagne électorale pour la présidentielle de 2012, il est nommé ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur. Il devient le numéro 2 de l’Apr et la troisième personnalité de l’Etat dans le rang protocolaire derrière le Premier ministre.

walf-groupe.com

Laisser un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent. La rédaction

  • (ne sera pas publié)

*