France: Fouilles chez une ex de Fourniret suspendues

 

Les fouilles qui avaient repris lundi chez une ex-femme du tueur en série français Michel Fourniret, quinze ans après la disparition inexpliquée d’une enfant, Estelle Mouzin, sont «stoppées pour l’instant», a-t-on appris vendredi auprès du parquet de Meaux, non loin de Paris.

«Les recherches, stoppées pour l’instant, se poursuivront sur d’autres parties plus tard», a indiqué à l’AFP la procureure de Meaux, Dominique Laurens, sans plus de précisions.

Depuis lundi, des militaires spécialisés participaient aux recherches chez la deuxième épouse de Michel Fourniret, à Clairefontaine-en-Yvelines. Le domicile de cette ancienne proche du tueur en série, condamné deux fois à perpétuité pour les meurtres de huit jeunes femmes, avait déjà été fouillé en septembre, sans résultat.

La fillette avait neuf ans

En septembre, «nous n’avions pas pu tout vérifier et nous n’avions pas cette unité spécialisée à nos côtés qui nous permet de faire des recherches plus approfondies», avait expliqué Mme Laurens en début de semaine.

«Ce sont des fouilles d’importance, la dernière fois ce n’était que du repérage», avait déclaré Didier Seban, l’un des avocats du père d’Estelle Mouzin.

La fillette de neuf ans avait disparu, un soir de janvier 2003, alors qu’elle rentrait de l’école à Guermantes (Seine-et-Marne, au sud-est de Paris). Son corps n’a jamais été retrouvé et les nombreuses pistes envisagées par les enquêteurs n’ont rien donné.

L’hypothèse de l’implication de l’«ogre des Ardennes», plusieurs fois explorée sans succès, avait été une nouvelle fois relancée en février.

Michel Fourniret, qui venait d’avouer avoir tué deux jeunes femmes disparues dans les années 90 dans l’Yonne, Joanna Parrish et Marie-Angèle Domece, avait aussi livré des «aveux en creux» sur son implication dans la disparition d’Estelle Mouzin, selon les avocats du père d’Estelle Mouzin.

(nxp/afp)

Laisser un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent. La rédaction

  • (ne sera pas publié)

*