Soixante dix-sept motos pour rapprocher l’offre de soins des populations du Sud et de l’Est

 

Le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, a réceptionné officiellement ce jeudi 77 motos d’une valeur de 97, 5 millions de francs CFA, offertes par le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), a constaté l’APS.
“Ce don acquis grâce au projet +Amélioration de la Santé et du bien-être des femmes et des adolescentes du Sud du Sénégal+ de l’UNFPA, va permettre de promouvoir et de rapprocher davantage l’offre de soins des populations”, a dit M. Sarr au cours de la cérémonie de réception.
Selon lui, ces motos “vont aider’’ dans l’amélioration de “l’offre de soins dans les zones les plus reculées du projet”.

Il a cité à cet égard les régions de Ziguinchor, Kolda, Sédhiou et Tambacounda, qui recevront chacune 13 motos, ainsi que celle de Kédougou, qui en aura 12. Le Projet promotion jeunes (PPJ) se verra lui remettre 10 motos.

Il a qualifié ce don d’”acte de haute portée sociale, qui vise à renforcer les conditions de travail des prestataires’’, dans le prolongement des multiples interventions de l’UNFPA, consistant à la réduction de la morbidité et de la mortalité néonatale.

La représentante résidente de l’UNFPA au Sénégal, Cécile Compaoré Zoungrana, indique que ces équipements vont contribuer à relever le plateau technique des structures sanitaires bénéficiaires, des centres conseil adolescents et des centres de formation professionnelle.

Ils serviront, a-t-elle ajouté, “à renforcer l’offre intégrée de services de santé sexuelle et reproductive, de lutte contre les violences basées sur le genre et de formation qualifiante pour les jeunes filles défavorisées”.
Le projet “Amélioration de la Santé et du bien-être des femmes et des adolescentes du Sud du Sénégal”, d’une durée de cinq ans, s’inscrit dans le cadre de la politique d’aide internationale féministe du Canada, rappelle la directrice et chef de coopération de l’ambassade du Canada au Sénégal, Monika Vadeboncœur.

Les femmes et les filles peuvent étudier plus longtemps dans la mesure où elles ont accès à des services de santé reproductive, déclare-t-elle.

LTF/AMD/ASG/BK/APS

Laisser un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent. La rédaction

  • (ne sera pas publié)

*