Tambacounda : les populations de Dialacoto battent le macadam pour exiger l’électrification de leur localité.

 

Les populations de la commune de Dialacoto, localité située dans le département de Tambacounda à une soixantaine de kilomètres de la ville, ont battu le macadam ce vendredi 28 décembre 2018. Ils ont arpenté l’asphalte ce matin, barré la route nationale qui mène sur Kedougou, pour exiger l’électrification de leur localité plus que centenaire.

De l’électricité, rien que de l’électricité, voilà ce qu’exigent les populations de la commune de Dialacoto. A travers une marche qu’elles ont organisée dans le village, chef-lieu de la commune,  les populations ont arpenté l’asphalte et  barré la route nationale pour exiger l’état, à respecter ses promesses. Mor Lô et Ibrahima Diadie Diaby qui ont porté leur parole ont martelé que les populations de Dialacoto et environs n’en peuvent plus de continuer de rester dans l’obscurité. “Nous avons trop attendu et sommes très fatigués”. Depuis longtemps maintenant,  plusieurs fois de suite,  des dates nous ont été avancées pour l’arrivée du  courant. Seulement,  aucune promesse n’a été tenue.  “Nous en avons assez du dilatoire de l’état “, ont-ils rugit,  amers. Des contrées moins importantes que Dialacoto s’illuminent avec le courant,  notent-ils.  Donc plus question de continuer à vivre comme au moyen-âge. Aujourd’hui,  se désolent les marcheurs,  du fait du manque d’électricité,  le développement de la localité est plombé. Les femmes n’arrivent pas à bien transformer leurs produits agricoles,  les élèves n’arrivent pas à utiliser les ordinateurs,  les artisans,  n’en parlons même pas,  fulmine Diadie Diaby.  “C’est inadmissible et cela ne peut plus prospérer “, ont scandé les populations frustrées.  Seulement,  elles disent attendre le régime au tournant.  “Si rien n’est fait,  nous leur sanctionnerons le moment venu”, menace les marcheurs,  visiblement outrés.

Abdoulaye Fall / www.tambacounda.info/

Laisser un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent. La rédaction

  • (ne sera pas publié)

*