Etats-Unis: Dans le coma depuis 10 ans, elle accouche

 

La police américaine a ouvert une enquête pour viol après qu’une femme, en état végétatif depuis une dizaine d’années, eut accouché dans un centre de soins de Phoenix, ont rapporté les médias américains. Cette femme était dans le coma depuis une noyade il y a plus de dix ans. Le 29 décembre, elle a accouché d’un petit garçon en bonne santé.

Le personnel du centre Hacienda Healthcare, où elle était hospitalisée, n’avait pas remarqué qu’elle était enceinte, selon une source citée par la chaîne locale du réseau CBS. Ils ont été alerté quand ils l’ont «entendue gémir», selon cette source.

La police espère pouvoir réaliser des prélèvements ADN sur l’ensemble du personnel de l’établissement et effectue des vérifications auprès des autres patients, selon des sources citées par ABC15.

Audit interne

Le centre Hacienda Healthcare, qui apporte des soins à environ 2500 personnes par an dans tout l’Etat de l’Arizona, a promis dans un communiqué de coopérer avec la justice. «Nous menons un audit interne de nos protocoles pour assurer que chaque résident est aussi en sécurité et bien soigné que possible», a-t-il ajouté.

Furieux et effarés, les parents d’autres patients cherchent à les changer de structure. «Nous sommes tous sous le choc», a confié aux médias Karina Cesena, qui ne quitte plus le chevet de sa fille de 22 ans, hospitalisée depuis deux ans dans cet établissement.

En 2002, le réalisateur espagnol Pedro Almodovar avait raconté dans le film «Hable con ella» («Parle avec elle») le viol d’une femme dans le coma et son réveil lors de l’accouchement. Il avait reçu l’Oscar du meilleur scénario pour ce film, dont l’idée lui était venue en lisant un fait divers en Roumanie.

(nxp/afp)

Laisser un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent. La rédaction

  • (ne sera pas publié)

*