FATMA DIOP (Vice-Présidente AN) : ‘ À Mbacké, nous avons une eau qui compromet les grossesses, agresse la peau humaine, agresse les murs et détruit les vêtements ‘

 

Avec l’aide du ministre de l’hydraulique Mansour Faye, l’honorable députée Fatma Diop va réhabiliter 5 grands puits de la commune de Mbacké en les dotant de pompes solaires, ce qui va leur assurer ainsi un gage de sécurité hygiénique.
Consciente que l’eau du Lac de Guiers, tant espérée, ne sera pas disponible de sitôt, la Vice-présidente à l’Assemblée nationale dira privilégier les solutions transitoires efficaces au lieu de laisser les populations exposer leur vie en buvant une eau qui ” compromet les grossesses, agresse la peau humaine, détériore les murs et détruit les vêtements. ”

Accompagnée d’un technicien du ministère de l’hydraulique, la députée a effectué le tour des puits ciblés. Il s’agit notamment de celui de Mbacké Dimb, de Mbacké Bary, de Ndiakalak, de Palène et de celui de Mbacké Mouride. D’ailleurs, à Palène, Sokhna Fatma Diop aura le plaisir d’être accueillie par le représentant du Khalife des Baay-fall qui manifestera amplement le satisfecit du chef religieux.

Abordant les questions politiques, l’honorable députée regrettera le fait qu’elle soit combattue au sein du Pds, mais martèlera l’engagement qu’elle a de ne rien changer de son comportement. ” Je n’ai plus le temps des partis politiques. Je n’ai d’yeux que pour le développement du département de Mbacké. Je veux avoir un bilan en terme de réalisations pour ne pas paraître anonyme. Je continuerai à aller voir les ministres de la République, à négocier avec eux pour que Mbacké ne soit pas oubliée. Si mon attitude leur fait mal, ils devront encore souffrir pour bien longtemps… ”

dakaractu/

Laisser un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent. La rédaction

  • (ne sera pas publié)

*