Tambacounda: recrudescence de la coupe illicite de bois, les bérets verts opèrent une importante saisie.

 

L’inspection régionale des Eaux et Forêts continue de traquer les délinquants dont le seul jeu favori est et demeure le trafic de bois. Le long de la frontière avec la Gambie, dans l’arrondissement de Maka Colibantang, ils y ont repris du service

Les malfrats ont encore repris du service le long de la frontière avec la Gambie en s’adonnant à la coupe illicite de bois, mais c’était sans compter avec le flair et la détermination des bérets verts. En effet, sur instruction de l’inspecteur régional des eaux et forêts, le capitaine Mamadou gaye, le chef du secteur des eaux et forêts de Tambacounda et ses éléments ont investi dans la nuit du 30 au 31 janvier 12 villages de la commune de Maka Colibantang. Ils ont réussi à mettre la main sur une bonne vingtaine de gros troncs de Vène, 18 charrettes, 19 ânes et 1 cheval mais, les délinquants eu le temps de prendre la clef des champs en direction de la Gambie.

A en croire le chef du secteur des eaux et forêts, une semaine auparavant, un individu a été interpelé et mis à la disposition du procureur de la république et que la traque continuera de plus belle. Dans cette opération, la commune de Maka Colibantang tout comme les surveillants de forêts ont joué une belle partition. Il s’y ajoute, selon le lieutenant-colonel Mamadou Faty Niasse, l’inspecteur régional des Eaux et Forêts de Tambacounda, le précieux concours du gouverneur de la région. Et pour que désormais la corde de la guitare ne se casse en pleine symphonie, les adeptes de la nature de Tambacounda soutiendront voir aussi la partie Gambienne jouer pleinement le jeu et que les populations cessent de nouer des complicités avec les délinquants.

Boubacar Dembo TAMBA / www.tambacounda.info /

Laisser un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent. La rédaction

  • (ne sera pas publié)

*