Argentine «Monsieur, vous êtes en train de filmer quoi?»

 

 

L’émission de télévision Gente Opinando, diffusée sur la chaîne argentine Net TV, a été émaillée la semaine dernière d’un incident en direct. En duplex depuis Mar del Plata (est), une présentatrice météo a été interrompue par un de ses collègues, raconte Clarin. L’animateur était visiblement contrarié par le comportement d’un spectateur, qui braquait son téléphone portable sur le derrière de Sol Perez: «On ne va pas avoir cette discussion maintenant et on va laisser tomber, mais je n’ai pas aimé ce qu’il était en train de faire», a lancé le présentateur.

Ni une ni deux, le mannequin de 25 ans s’est dirigé vers le spectateur en question et lui a braqué son micro sous le nez: «Monsieur, vous êtes en train de filmer quoi?» Pas particulièrement mal à l’aise, l’homme lui a répondu: «J’envoie ça à mes collègues.» La présentatrice météo a ensuite fait savoir à son interlocuteur que les hommes présents dans le studio l’avaient alertée sur son comportement. «Alors, vous allez me laisser continuer à filmer?», s’est inquiété l’individu. Réponse de Sol Perez, avant de reprendre le duplex: «Non, si vous faites un enregistrement général depuis ici, ok, mais si vous filmez mon cul…»

Cette saynète a fait réagir de nombreux internautes argentins, beaucoup d’entre eux prenant la défense du spectateur indélicat. Ils ont en effet reproché à Sol Perez de s’exhiber régulièrement sur les réseaux sociaux et de ne pas accepter d’être filmée.

«C’est comme si Lewis Hamilton se plaignait de la vitesse», a ironisé un internaute. D’autres utilisateurs ont tout de même estimé que le comportement de l’homme au téléphone était totalement déplacé.

(joc)

Laisser un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent. La rédaction

  • (ne sera pas publié)

*