[DOSSIER] SGO souffle sur ses 10 bougies: 18 millions de dollars d’investissements directs en faveur des communautés.

 

 

Sabodala Gold Operations (SGO) est maintenant « old » de dix saisons. Ce mardi, elle a publié son rapport RSE 2016 mettant en exergue ses investissements de l’ordre d’un peu plus de 1 467 000 dollars en faveur des communautés. En dix saisons (2006-2016), l’entreprise a réalisé 18 millions de dollars d’investissements en faveur des communautés directement ou indirectement impactées.

La stratégie de la compagnie SGO est appréciable. Elle a créé tout un département chargé des relations communautaires dont les locaux se situent d’ailleurs en dehors de la mine pour faciliter leur accès. Avec les communautés voisines, l’entreprise a su tisser des relations de confiance, à travers ses nombreuses interventions en leur faveur. D’abord son périmètre d’actions sociales était rétréci, seuls Sabodala Faloumbou, Dambankhoto, Bransan et Madina Bransan entraient dans ses bonnes grâces. Après l’acquisition par Teranga Gold Corporation, la maison mère, d’Oromin qui avait une concession minière adjacente, plusieurs autres villages sont entrés dans leur pipeline de responsabilité sociétale d’entreprise, et à ce jour, toutes les communes du département de Saraya et même celle de Kédougou ont été appuyées par la compagnie minière. Des infrastructures sociales et administratives sont réalisées à Sabodala (écoles élémentaire et maternelle, poste de santé, administration locale), et cette petite bourgade est passée du statut de village à celle de chef-lieu de commune et d’arrondissement, à la faveur du dernier redécoupage administratif.

10 ANS D’INVESTISSEMENTS SOCIAUX FONDES SUR UNE TRIPTYQUE AGRICULTURE ET SÉCURITÉ ALIMENTAIRE/ÉDUCATION ET EMPLOI DES JEUNES/CROISSANCE ÉCONOMIQUE DURABLE.

Dans le village de Dialacotoba par exemple, (9 autres villages en ont bénéficié aussi), depuis la création d’un périmètre maraicher avec le dernier package technologique, les 94 femmes qui s’y activent ont produit 72.5 tonnes de légumes qui ont fait entrer dans leurs caisses 65 000 dollars US d’espèces sonnantes et trébuchantes en 3 années, en sus des habitudes alimentaires qui ont sensiblement et positivement évolué. 4 tracteurs entièrement équipés sont acquis pour les communautés à 100 000 dollars l’unité, des motoculteurs sont offerts à des chefs de village, un partenariat dynamique est savamment conçu avec le projet Yaajeendé, un autre est scellé avec Global Gold for Life Initiative pour faire renaître la chaine de valeur du coton, des ouvrages hydrauliques (une cinquantaine) et des systèmes viables d’approvisionnement en eau sont sortis de terre, une vingtaine de poulaillers construits. Il y a eu aussi des systèmes fiables d’abreuvement du bétail pour lesquels d’ailleurs, les tout premiers parcs à vaccination de la province du Niokolo-Sirimana-Dentila sont créés, des systèmes d’assainissement sont construits car, les membres du « board national» de l’entreprise ont vite réalisé qu’il faut faire reculer le front de l’insécurité alimentaire et tisser des relations exemplaires avec leurs communautés hôtes.

Le seul lycée construit dans le département de Saraya, à Khossanto plus exactement, est le fait de SGO. Il s’y ajoute plusieurs salles de classe, des murs de clôture, des dotations en fournitures et tenues scolaires, des bourses scolaires pour les meilleurs élèves des classes de 3e de l’ensemble des collèges du département de Saraya, un programme de bourses également pour encourager les filles à embrasser les filières scientifiques et techniques, un immeuble entièrement équipé pour des étudiants ressortissants de Kédougou à Dakar, dont certains de leurs devanciers avaient pu profiter de bourses étrangères, un protocole de coopération est paraphé avec la fondation Paul Gérin-Lajoie pour soutenir la formation professionnelle de 50 jeunes de la région de Kédougou, la capacité d’accueil du lycée technique, minier et industriel est augmentée et l’établissement doté de véhicules et de matériel informatique, des stages d’incubation en entreprise sont régulièrement tenus histoire d’offrir aux jeunes un excellent environnement des affaires de classe internationale, le centre de formation et d’apprentissage d’environs quarante programmes est ouvert sur le site et, à ce jour 122 salariés sénégalais de la boîte caracolent à la tête de différentes directions. L’entreprise avait un besoin de 60 types de métiers et, présentement, elle est le plus grand employeur de la région. SGO a dans ce sens noué deux autres partenariats avec l’Institut des Sciences de la Terre, le lycée technique de Kédougou ainsi que le lycée Jeanne d’Arc.

S’agissant de la main d’œuvre non qualifiée, c’est une commission locale qui s’en occupe, et elle est essentiellement composée des représentants des chefs de village. Au 31 janvier 2016, la compagnie comptait 1333 salariés dont 1209 sénégalais et une dizaine de femmes. Dieu sait que la trouvaille marche à merveille d’autant plus qu’il n’y a presque plus de grincements de dents en la matière. Il s’y ajoute les fréquents appuis faits aux jeunes dans le cadre de leurs activités sportives et culturelles de vacances, en sus de la construction de foyers comme celui de Bembou, le foyer de Khossanto en cours, du mur de clôture du terrain de football de Saraya. Récemment une subvention de 14 millions de nos francs a été accordée aux différents ordres de conseils de la jeunesse de la région qui soutiendront s’organiser avec car, ambitionnant d’être les champions du pays en termes d’initiatives pour atteindre l’objectif d’autosuffisance en riz, tenant ainsi à rappeler que la vocation première de la région de Kédougou est agricole.

Les femmes ne se plaignent plus trop de la pénibilité des travaux, partout ce sont des abris où sont logés des moulins à grain qui bâtis. Un réseau des femmes de la région excelle dans la fourniture de SGO en produits horticoles au niveau de sa centrale de Kédougou, chaque semaine il gagne au moins 600’000 francs CFA. L’incroyable niveau d’enclavement des populations de Diakhaling est désormais renvoyé aux calendes grecques, un aéronef pourrait atterrir sur la piste Khossanto-Diakhaling construite en 2016 à concurrence de 284 500 dollars américains. 5 dollars sont prélevés sur chaque once d’or produit à la mine de Gora, c’est pour alimenter un fonds de développement local de Diakhaling et 6 autres villages qu’il polarise, dans la dynamique d’indemnisation de la perte de leurs moyens traditionnels de subsistance qu’est l’orpaillage.

Le taux de couverture sanitaire de la contrée s’est nettement amélioré avec les postes de santé équipés et logements d’infirmiers chefs de poste de Diakhaba, celui flambant neuf de Mamakhono, de Diakhaling, le poste de Sabodala, la fameuse maternité de Missira Sirimana en construction, celle de Khossanto, les dispensaires de Daloto et Wansangran, les nombreuses cases de santé, des établissements aux normes du ministère de la santé, des ambulances médicalisées, les nombreuses campagnes de vaccination pour protéger les mômes de la contrée contre certaines pandémies, les campagnes de lutte contre le paludisme. Des programmes d’éducation pour la santé sont déroulés dans la radio communautaire de Sabodala mise en place par SGO.

Une table de concertation canadienne est mise à contribution pour faciliter les partenariats ciblés sur le développement économique avec les gouvernements canadien et sénégalais, des ONG et autres organisations. Global Affairs Canada est venu étoffer le portefeuille de partenaires de la compagnie dans le domaine du renforcement de la gouvernance locale par la création de plans de développement départemental et de gestion de l’utilisation des terres, en faisant de Kédougou la première région Sénégalaise à préparer le terrain pour un développement socio- économique régional. L’entreprise est présente partout où elle est invitée, débats, forums, autres manifestations tenues par l’administration ou par les acteurs de la société civile

Tous ces efforts sont déployés sur la base d’une évaluation participative des communautés à travers leurs différents conseils municipaux, et ils sont le levier d’une parfaite collaboration entre SGO et les communautés. Ces besoins ont fait l’objet d’une planification adéquate aux niveaux local et régional. Une vision de développement à long terme est conçue avec le concours d’ERM, ex Replan. Abdoul Aziz Sy, le directeur général de la première entreprise minière à exploiter le métal précieux à l’échelle industrielle au Sénégal, de se satisfaire de ces relations fluides entre son organisation et les communautés. Durant la cérémonie officielle de publication du rapport RSE, il en a fait mention en illustrant ses propos par l’accueil carnavalesque que les populations de Mamakhono et alentours ont réservé aux membres du conseil d’administration de Teranga qui y avaient fait un tour. M. Sy a profité de cette tribune pour magnifier, et s’en féliciter, les efforts cyclopéens fournis par les membres du département des relations communautaires avec un inoxydable Issa Dabo qui, avec la précision de l’orfèvre, planifie et met en œuvre cette politique de bon voisinage. « Partager les bénéfices avec les communautés qui nous accueillent est et demeurera le crédo de SGO », chantonne-t-il partout, avec un sourire dévastateur et ses belles notes d’humour. Et, comme lui et le président du conseil d’administration de Teranga Gold Corporation, s’étaient passés les termes, « nous poursuivons nos efforts en faveur d’une exploitation minière responsable afin de garantir que partout où nous sommes présents, les communautés se retrouvent dans une meilleure situation, à notre départ qu’à notre arrivée », a souligné Alan Hill.

LES CHIFFRES EN 2016.

Le rapport RSE 2016 laisse entrevoir une production aurifère de 216.435 onces, ce qui correspond à un chiffre d’affaire de 268.850.000 dollars et une contribution au Sénégal de 205.795.000 dollars. Pour ce qui est des investissements communautaires, ils s’élèvent à la somme de 1 467 047 dollars. Les montants versés au gouvernement sénégalais sont de l’ordre de 55 347 000 dollars.

S’agissant des investissements communautaires en 2016, ils ont tourné essentiellement au tour des projets de développement local où le maximum a été investi avec 614 555 dollars, de l’éducation, des activités génératrices de revenus, de l’eau et de l’assainissement, de la santé, du sport et de la culture.

Au finish, en 2016, 928 femmes dans les 10 périmètres maraîchers et elles ont depuis lors produit 350 tonnes de légumes, 93% des salariés sur site sont des sénégalais et 170 ont bénéficié de promotions, 139 millions de dollars sont injectés dans l’approvisionnement local, 725 agriculteurs sont soutenus, près de 12 000 âmes bénéficient du programme de lutte contre le paludisme. Plusieurs prix sanctionneront au niveau international la belle approche de Teranga Gold Corporation, et l’on retiendra, entre autres, le prix 2017 de la responsabilité environnmentale et sociale décerné par Prospectors and Developers Association of Canada, et ceci sanctionne la belle politique de préservation de l’entreprise de ses relations avec les communautés.

Il y a aussi le prix 2016 des Objectifs de Développement Durable (ODD) des Nations Unies décerné par Global Compact Network pour ses efforts de faire progresser les ODD.

UNE POLITIQUE EFFICIENTE DE CONTENU LOCAL.

Dans le cadre du contenu local, autre corde à l’arc de SGO, un bureau est spécifiquement dédié à cela à Kédougou. Plusieurs entrepreneurs locaux ont été organisés et formés pour répondre aux standards de la compagnie en termes d’approvisionnement, de santé et de sécurité devant leur permettre de capter les nombreuses opportunités qui s’offrent à eux, comme les services en menuiserie métallique, papeterie, réparation des sièges des voitures. Le rapport 2016 indique que 73 entrepreneurs ont bénéficié des sessions de Teranga auxquelles ont aussi pris part des professionnels locaux des sciences juridiques, de la fiscalité et des banques pour les sensibiliser aux exigences règlementaires pour les petites entreprises et aux services disponibles pour les soutenir. Sous ce rapport, Teranga a ciblé en 2016, 25 entreprises locales pour les accompagner dans plusieurs modules. Les fournisseurs actuels et potentiels ont reçu un soutien individuel de prestataires de formation locaux qualifiés dans des domaines comme la santé, la sécurité et la création de capacité commerciale. Aujourd’hui, tous le constatent pour s’en réjouir, le programme d’approvisionnement local de Teranga fait que 80% de ses matériels est acheté au Sénégal.139 millions de dollars sont investis entre 2006 et 2016 dans l’approvisionnement local.

UN ENGAGEMENT EN FAVEUR DE LA TRANSPARENCE.

SGO, en sa qualité d’entreprise responsable, soutient les initiatives de l’Etat du Sénégal en matière de transparence. Son rapport RSE indique qu’entre 2006 et 2016, quelques 18 millions de dollars, en termes d’investissements communautaires directs (fonds social, redevances, appui institutionnel annuel, fonds Gora, paiement exceptionnel en un seul versement) sont consacrés aux populations de sa zone d’emprise. 205 millions de dollars sont versés au gouvernement au titre des conventions d’extraction minière et des accords avec le gouvernement. Le rapport indique qu’à la date du 31 décembre 2016, SGO a produit 1 472 000 onces d’or et que les flux de trésorerie provenant des opérations et des investissements des actionnaires ont été réinvestis à 100% à Sabodala, soient 775 millions de dollars dont 438 millions d’investissement et 337 millions de flux de trésorerie provenant des opérations minières. 55 347 000 dollars US constituent le total des contributions à l’état du Sénégal dont un peu plus de 20 millions en impôts directs, un peu plus de 21 millions en redevances minières, et 11 millions en impôts indirects.

Défenseur invétéré de l’ITIE (Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives), elle a l’opportunité d’inter agir avec le gouvernement, la société civile et les donateurs, et ses dirigeants ont fait le pari de rester membre actif pour soutenir les efforts du Sénégal à devenir un pays dont les progrès seront satisfaisants au terme de sa validation, c’est-à-dire son évaluation objective du respect des exigences de l’ITIE qui a d’ailleurs commencé.

TENIR LA DRAGÉE HAUTE EN TERMES DE PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES.

L’on notera dans le rapport que 300 sacs de graines sont collectés pour la réhabilitation forestière. Une belle pépinière est à cet effet constituée à Mamakhono. 10 000 arbres sont plantés en 2016 dans le cadre de la réhabilitation du terrain et 46% du taux de recyclage de l’eau réalisé, et l’on expliquera tout cela par la volonté et le ferme engagement du respect des normes les plus strictes en matière de gestion environnementale. D’ailleurs, il est établi qu’un registre légal a été constitué et mis à jour régulièrement pour être au fait des évolutions règlementaires et à ce que la touche SGO puisse respecter les meilleures pratiques existantes. Des cadres de haut niveau s’y attèlent nuit et jour au département constitué à cet effet, et des équipements modernes de contrôle de qualité de l’eau et de l’air ont été achetés et remis à la direction régionale de l’environnement et des établissements classés de Kédougou.

Sabodala Gold Operations fait son chemin, un chemin dont doivent pouvoir s’inspirer d’autres entreprises en activité dans la région comme dans les autres régions du pays, car elle a une belle brochette de bonnes pratiques qu’elle a à revendre.

Boubacar Dembo TAMBA / www.tambacounda.info /

  • jahman

    10 ans de catastrophe écologique et de pauvreté des populations de sabodala de khossanto et environs. 10 ans aussi d’enrichements d’individus qui ne sont pas de ces terroirs. revoyez sérieusement votre approche de la gestion de l’environnement.