Les rats règnent sur Paris: la vidéo choc d’un éboueur.

 

 

 

«Le matin, on y va à reculons.» David*, employé de la voirie à Paris, est au bout du rouleau. Régulièrement, lui et ses collègues sont confrontés à des hordes de rats qui envahissent les quatre coins de la capitale. Le 9 décembre 2017, l’ouvrier et ses acolytes oeuvraient sur les berges de la Seine, entre le Musée d’Orsay et le pont Royal. Au moment d’ouvrir des bennes enfermées dans des cages cadenassées, les éboueurs ont été pris d’effroi: une masse de gros rats pullulait à l’intérieur.

David a pris son téléphone et filmé cette scène horripilante: «Sincèrement, ils sont vraiment énormes et ils ont de moins en moins peur de nous», explique-t-il ce lundi au «Parisien». Selon l’employé, ce «fléau» leur rend la vie infernale depuis un an. «On constate une prolifération des rats dans tous les arrondissements qui bordent la Seine», explique David, en colère «tant pour les Parisiens que pour les touristes, qui viennent visiter la plus belle ville du monde».

Attaqué à la gorge

Les employés de la mairie sont vaccinés avant d’entrer en fonction, mais ils craignent les attaques de ces rongeurs et les maladies qui pourraient en découler. «Un collègue m’a raconté qu’un rat lui avait sauté à la gorge et un autre au bras», témoigne David. Pour l’heure cependant, aucune morsure n’a été constatée. «Mais on ne veut pas attendre qu’il y ait un drame», poursuit l’éboueur.

Les employés de la mairie demandent à la Ville de réagir face à ce problème. Ils appellent également les restaurateurs à changer leurs mauvaises habitudes: «Les restaurants ont une quinzaine de bennes à leurs dispositions, certains laissent tout de même des sacs-poubelle à l’extérieur», déplore David. Mao Peninou, adjoint au maire, assure que «toutes les directions concernées ont pris le problème à bras-le-corps». Il rappelle qu’en septembre 2017, la mairie a débloqué 1,5 million d’euros pour lutter contre les rats.

* Prénom d’emprunt

(joc)

Laisser un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent. La rédaction

  • (ne sera pas publié)

*