Addis Abeba – Chine pas inquiète pour la dette africaine à son égard

 

Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a relativisé les inquiétudes liées à la dette de l’Afrique à l’égard de la Chine, à son arrivée jeudi en Ethiopie, première étape d’une tournée dans quatre pays africains.

La Chine a énormément investi ces dernières années dans des projets d’infrastructures sur le continent africain, dont de nombreux dirigeants voient dans Pékin un meilleur partenaire commercial que les pays occidentaux.

M. Wang a évacué les inquiétudes, souvent exprimées par ces derniers, selon lesquelles la dette à l’égard de Pékin ne serait pas tenable à long terme pour les États africains. «De manière générale, la dette en Afrique est une problématique qui dure depuis longtemps et est un produit de l’histoire», a-t-il estimé. «Elle n’est pas apparue aujourd’hui, et elle encore moins provoquée par la Chine.»

La Chine est le principal bailleur bilatéral d’infrastructures en Afrique, pour un total excédant les financements combinés de la Banque africaine de développement (BAD), de l’Union européenne, de la Société financière internationale (IFC), de la Banque mondiale et du G8.

«Nous savons qu’en terme de financement, certains pays africains ont rencontré des difficultés», a reconnu lors d’une conférence de presse à Addis Abeba le chef de la diplomatie chinoise, qui se rendra ensuite en Gambie, au Sénégal et au Burkina Faso.

«La Chine y attache beaucoup d’importance, en tant que bon ami et frère de l’Afrique», a-t-il ajouté. «Nous sommes toujours prêts à faire un geste quand les pays africains en ont besoin.»

Liens étroits

L’investissement étranger chinois en Afrique sub-saharienne s’est élevé à 298 milliards de dollars entre 2005 et 2018, selon le groupe de réflexion American Enterprise Institute (AEI).

M. Wang et son homologue éthiopien, Workneh Gebeyehu, se sont félicités des liens étroits unissant leurs deux pays et ont écarté toute idée d’un refroidissement de leurs relations depuis l’arrivée au pouvoir en avril 2018 du Premier ministre réformateur éthiopien, Abiy Ahmed.

«Nous pensons que le processus de réformes en Ethiopie renforcera encore plus nos liens avec la Chine», a déclaré M. Workneh. «La Chine continuera à être le partenaire stratégique de l’Éthiopie.»

(nxp/afp)

Laisser un commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent. La rédaction

  • (ne sera pas publié)

*